***Fox in the snow curiosités***

11 juin 2007

Concert des Klaxons!!

Mercredi 23 mai.

Ce soir ...c'est un grand soir!!!

Mais reprenons l'histoire du début.

Cela se passe il y a environ 6 mois. Je me baladais le coeur aouvert à l'inconnu...nan, en fait je cherchais sur myspace de nouveaux groupes à écouter; et comme depuis les Artic Monkeys je n'avais pas vraiment eu de coup de foudre musical, j'étais un peu en manque de sensations auditives.

Et voilà que je tombe sur la page de trois zigotos fluos et mal peignés (note: je crois que les entreprises de peignes et de brosses à cheveux sont sur le point de déposer le bilan.)

Jusque là tout va bien. Mais voilà que la première note retentit!! Ouah, d'un coup tous mes membres se sont mis à bouger...c'était géant!!

Mais qui sont ces gars-là!!???

Quoi...les Kla-xons...nan Laure, ça ne se prononce pas avec l'accent du Sud-ouest...ce sont les KKKLLLAAAXXXoooOOnnNsssSSSS!!!!!

klaxons300

Cette musique est géniale, braillarde, aérodynamique, elle te prends les tripes et te les retourne! Ces gars-là sont des dingues! Et moi les dingues j'adore ça!!! J'étais contente d'avoir débusqué de derrière les fagots un super phénomène auditif! Hélas, je les vois dans le petit écran, ils auraient crée un nouveau genre musical: la New Rave! On parle d'eux partout! Même Claire Chazal!

Il faut à tout prix que les voie en concert...j'hallucine! Le Trabendo est déjà complet!

Fin janvier, ma vie s'arrête...silence...début avril, ma vie recommence.

J'écoute les Klaxons en boucle dans mon i-pod. Puis j'apprends qu'ils sont en concert à la Cigale...et de surcroît c'est leur dernière petite salle...ces saligauds passeront à Bercy en première partie des Daft Punk!

Et vous savez quoi?! Le concert à la Cigale est aussi complet!! Miséricorde!! J'implore le ciel de me donner une place! Et là, la lumière divine vient à moi. Je décide de me foutre sur ebay (note: "elle est pas folle la guêpe").  Il s'avère qu'il y a es places en vente...mais comme le mauvais oeil est sur moi, je perds toutes les enchères! Mais coup de théâtre!! Othman6 me contacte et me propose des places à prix correct: 2 pour être précise...Nous procédons à l'échange discrètement à l'abri des curieux...et là avec ma coloc, cris de joie, hystérie, euphorie...bref, on était contente. Enfin! Nous avions enfin atteint notre but!

Mercredi 23 mai, 18h, je sors du boulot...rendez-vous avec Magali au métro République. On s'engouffre dans un wagon, direction Pigalle. Inutile de vous préciser que notre but était d'arriver les première pour être devant...On raboule nos moules devant la Cigale, et là, une queue de 30 mètres...Je peux vous dire qu'on tirait la gueule!

rien005

Le public qui fait la queue est impressionnant! Ils ont l'air d'être des personnes importantes...ils ont des airs de "ouah, c'est moi le meilleur!", mais pour la plupart, il n'en ait rien. Ce sont des enfants de 15 ans qui ont eu la permission de minuit (note: bordel! tu peux être sûr qu'à 10h la fête est finie). D'un coup, du haut de mes 23 balais, je me sens vieille et à côté de la plaque! Tout le monde est super branché, pourtant on est pas au Showcase ou au Paris Paris...(note: moi, je me tapes la gueule de fin de journée). Franges et cheveux crades à gogo, lunettes noires, 10 paires de Converse au m2 ...avec Magali on se demande si le port du jean slim est obligatoire pour pouvoir pénétrer dans les lieux. Il est évident que la moyenne d'âge n'est pas vraiment la notre. Pour patienter, on collecte tous les tracts qu'on nous refile: autocollants de Sex in Dallas, de Feist, programmes de la Flèche d'or,...et même la pub du nouvel album de Naast (note: celui là on l' a pas pris, il faut pas abuser quand même).

Enfin! On nous fait rentrer!! Notre but n'étant plus d'être devant, nous nous sommes résignées à laisser la place aux minettes à voix de crécelles...un pipi plus tard, nous nous installons en hauteur, avec une vue imprenable sur la scène...et en prime sur la fosse! Pour patienter, nous reluquons les petits minets et nous en profitons pour détecter la tendances chez les anglaises présentes dans la salle (note: notre oeil de dtyliste est toujours aux aguets)...et beh je peux vous dire que ça vaut le détour!! Les années 90 reviennent au galop! Il est clair que la vieille veste de survêtement en peau de phoque, de couleur rose, vert et violet que l'on portait au collège fait son grand comeback (note: moi j'ai été traumatisée par cette veste), mais que serait cette veste sans les leggings en nylon violet, rose ou vert!! Les reeboks de Véronique et Davina sont aussi à la mode, sans oublier les tee-shirt over-size et les accessoires fluos. Ces anglaises sont décidément à la pointe de la mode! RESPECT!!

Ce n'est pas tout mais je commence à m'impatienter! En plus Norbert la ramène. Il gueule comme un putois depuis maintenant un bon quart d'heure (note: Norbert étant le prénom de mon estomac...il est facilement irritable).

Lafoule commence à gueuler...je commence à gueuler!

Et là, 3 gars habillés en noir se radinent sur la scène, affublés de phares de bagnoles sur la poitrine.  A défaut d'avoir un batteur, ils ont des petits claviers, une basse, une gratte et une boîte à rythmes.

C'est donc dans une salle déjà bien remplie que débute le set de Metronomy. Dès le premier morceau, le trio anglais s'affranchit du statut ingrat de première partie pour livrer un show incroyable de maîtrise et d'ingéniosité...et là! Coup de foudre musical!!Ouah!! Ces gars déboîtent sa race! Des morceaux plus géniaux les uns que les autres! Sur un jeu de scène minimaliste et efficace (parfois très drôle), ils déploient une série de plages quasi-instrumentales et rythmées, héritées d'influences telles que Depeche Mode, Devo ou encore Brian Eno.

Le show a été court, mais une chose est sûre, ces gars là m'ont convaincu de continuer à écouter leurs sons. Metronomy est finalement chaleureusement bien reçu et ce n'est que justice.

Au bout de 25 minutes, ils quittent la salle bondée.

Le public attend avec impatience les déjantés fluorescents. La température dépasse les 30° (note: bouh, fa calou). Quand le quator se décide à faire son entrée sur le très pop the Bouncer, je deviens hystérique! Je secoue ma crinière pleine de noeuds dans tous les sens manquant de foutre un coup de boule à un mec! Le public est énervé, mais l'enchaînement immédiat avec Atlantis To Interzone déclenche un véritable tsunami dans la fosse. Je saute comme une tarée, j'écrase les pieds du pauvre gars derrière moi (encore lui). Pleins de jeunes slamment complétement imbibés de sueurs et venant s'échouer comme des baleines contre les barrières de sécurité. Pendant ce temps, les tubes Myths of the near Future se suivent sans temps mort. Quand les mélodies de Golden Skans et de Magick retentissent, je chante comme une fada. Les Klaxons sont portés par leur public. Aucun jeux de scène pour eux, et c'est bien dommage. Mais grâce à l'incroyable ferveur de leurs fans, les Klaxons livreront un spectacle court (50 minutes), intense et approximatif.

Apparemment, on n'en demandait pas plus, car tout le monde repart conquis, après un rappel étrange durant lequel le groupe nous invitera à un barbecue géant en leur compagnie...Isle of her est sans nul doute mon morceau préféré! J'ai frôlé la transe en entendant ce morceau.

Je repars comblée, même si je sais que techniquement ils n'ont pas été à la hauteur.

Je pense que la prochaine fois, j'irais à leur barbeuk.

Posté par cubbyhole à 15:36 - Musique dans mes oreilles - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire