***Fox in the snow curiosités***

27 janvier 2009

Les plages d'Agnès d'Agnès Varda

Je regrette de mettre interessée au cinéma si tard...privilégiant les autres arts tels que la peinture ou encore la photographie...cependant, un jour quelqu'un m'a sorti de ma bulle et m'a ouvert la voie sur le monde fantastique qu'est le cinéma. Avant j'ignorais qu'est-ce que le cinéma...avant je ne me doutais pas qu'une séquence d'un film pouvait changer à jamais notre vision des choses.

AgnesVarda

Je contemple avec passion le travail d'Agnès Varda, je me nourris de ses films, de son travail, de ses images, de ses inspirations...de sa vie, tout me fascine chez cette femme. Je sais, vous allez encore dire, ouh la elle s'emflamme...je sais, j'ignore pourquoi je suis comme ça, mais mon extrème sensibilité me fait ressentir les choses puissance 10.

les_plages_dagnes

Quand je regarde un film, je ne le visionne pas avec un oeil de critique, ou de technicien, mais je le regarde naivement, comme un huron, en écoutant attentivement les paroles, ce qui est dit, ce qu'on y voit, les regards, oui, les regards me parlent beaucoup...

Ce soir, j'ai vu un grand documentaire d'Agnès Varda, intitulé Les plages d'Agnès. J'avoue que j'ai faillit pleurer à plusieurs reprises. Son travail me touche profondément. Cette femme nous ouvre son coeur, nous délivre les secrets de sa vie, et je ne peux m'empêcher de me dire que ce documentaire est une sorte de testament, comme un récapitulatif de tous les moments importants de sa vie, une sorte de Non je ne regrette rien à la Edith Piaf. Une sorte d'album photo en mouvement que Varda nous montre pour narrer sa vie, tous ces souvenirs d'enfance, ses peines, ses joies, ses amis, sa maison, sa famille...tous ce qui fait une vie...à la fin, elle dit une phrase qui pour moi est magnifique, je cites: "je me souviens pendant que je vis." Le film se termine ainsi. Varda se sentirait-elle partir...elle cites de nombreuses personnes de son entourage qui perdent la mémoire en vieillissant, cela souligne le fait que pour elle mourir ce n'est pas ne plus être mais c'est ne plus se souvenir...je trouve cela tellement émouvant!

jacquot_20tournage

Dans ce film, elle ne triche pas, d'ailleurs le documentaire commence sur une plage où des miroirs l'entourent. Le reflet de sa vie et de ce qu'elle est se trouve devant elle...Elle nous laisse pénétrer dans ses souvenirs, désordonnés peut-être, mais attendrissant. D'ailleurs, dans le film, elle parle souvent de fragments, de puzzles...elle essaye de reconstituer son passé afin de laisser une trace, la peur de l'oubli peut-être...lorsqu'on la voit chiner dans une brocante et trouver par hasard une carte de cinéma sur elle et sur son compagnon de toujours Jacques Demy, elle se rend compte que sa vie peut tenir sur un bout de carton.

20080125100028_20080125

Son défi est je cites "de tout déballer sans tout dévoiler"!. Et bien je trouve que le pari est réussi! Je trouve ce film beau, complet, passionnant, émouvant, il est à la fois biographique et il nous offre par la même occasion un large panel de tous les talents et les techniques esthétiques de Varda: installations, photographies, trucages, jeux de miroirs, mise en abîme, cadrages, disgressions, décors en carton pâte, costumes... (le costume de la patate parlante fut un grand moment pour moi:)).

De plus, on voit qu'elle s'éclate en parlant d'elle, de son bric-à-brac, elle fait la glâneuses de ses souvenirs. Il y a pas longtemps j'ai vu la pointe courte (1954), quel bonheur de revoir des extraits dans ce documentaire sur elle, où elle compare les images d'hier, avec les enfants de l'époque et les images d'aujourd'hui avec les enfants qui ont vieillis. Elle court-circuite les époques avec ses rafistolages, ses collages, ...c'est vivant, c'est poétique!

Elle a également un humour fou! Quand elle met en scène deux amants sur un hamac en reproduisant des toiles surréalistes, notamment Magritte, c'est énorme! Ou l'espèce de gros chat en carton qui porte le nom de Guillaume!

Si je parle de ce film, il faut que je parle également des plages! Toute sa vie a un fond de plage. Que ce soit celles du Nord, celle de la Méditérannée, Ajaccio, Noirmoutier, la Californie, les plages l'inspirent et font partie intégrante de son travail. Elles sont synonymes également d'amour, celui d'elle et de Jacques Demy.

J'ai été impressionnée par la quantité de personnalités qu'elle a cotoyé!! Elle a fait l'école du Louvre, elle a suivi les cours de Bachelard à la Sorbonne, elle a rencontré Kalder, Jim Morrison, Harrisson Ford, Godard, Nathalie Sarraute...

Je vous conseille ce film parce qu'Agnès Varda en patate sonore c'est grandiose, parce que quand elle pleure les morts de sa vie à Avignon on pleure aussi, parce que quand Agnès parle de Jacques Demy on est bouleversé, parce qu'on passe un bon moment avec cette femme et que j'aimerais bien boire un chocolat chaud avec elle pour qu'elle me parle de ses années hippies à Los Angeles, parce qu'elle n'hésite pas à avoir recours à l'autodérision, parce qu'elle rend hommage à ces chers défunts (Jean Vilar...), parce qu'elle va vers les gens, parce qu'elle parle du combat des Justes sous l'Occupation, parce qu'elle soutient la cause féministe, parce qu'elle hurle son amour pour le cinéma, l'art et la liberté...voilà, son inventaire de ses souvenirs vaut le fait qu'on se déplace pour aller le voir. J'ai pleuré, j'ai rit...bref, j'ai passé un agréable moment.

Posté par cubbyhole à 23:21 - Cahier de Cinéma - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    J'allais te demander: "Alors ce documentaire?" . Mais je crois avoir la réponse à ma question!
    J'étais dans le même cas que toi (en ce qui concerne la bulle) et je découvre encore tous les jours des merveilles.
    Il faut que tu vois "les dites cariatides" de Agnès Varda.
    Ce documentaire m'avait énormément touché.

    J'ai raté le coche pour voir "les plages d'Agnès" à Toulouse. Je suis un peu déçue mais je me dis que je le verrai sûrement en temps voulu. Je laisse les choses se faire...

    bises

    Posté par enidm, 28 janvier 2009 à 09:37

Poster un commentaire